• À la cime des montagnes

    Si Harbin, ville du Nord-Est de la Chine, était au centre de Bonsoir, la rose, c’est cette fois aux villageois d’un hameau perché à flanc de montagne, à l’extrême Nord de la Chine, que CHI Zijian s’intéresse. Lauréate de nombreux prix, notamment le prix Mao Dun (équivalent du Goncourt en Chine) pour Dernier quartier de lune (Picquier Poche), la romancière excelle dans l’art de mêler les destinées, d’imbriquer les existences de ses multiples personnages et de montrer à quel point les êtres s’influencent les uns les autres.

  • Bleue

    Bel hommage à l’eau, à sa beauté et à son importance vitale dans nos vies ! Maja Lunde imagine l’avenir de l’homme s’il continue sa course au tout industriel, à travers deux vies que rien ne semble pouvoir réunir : celle de Signe, activiste norvégienne en 2017 qui se bat pour protéger la plus précieuse des ressources naturelles : l’eau ; et celle de David, chassé avec sa petite fille par la sécheresse qui s’est abattue en France en 2041, attendant désespérément sa femme dans un camp de réfugiés.

  • Breat Easton Ellis et les autres chiens

    « Petit village, grand enfer. » Telle est la devise de Caudal de la Ribera, bourg poussiéreux de La Manche dont est originaire Alba Cambó, mère-araignée de la toile du premier roman de la Suédoise Lina Wolff, Les Amants polyglottes. Gallimard nous fait le bonheur de traduire les illusions perdues et voyeuristes d’Araceli Villalobos, étudiante barcelonaise en traduction, et d’une galerie de personnages tout droit issus de After Hours.

  • Cash

    Depuis qu’il a été témoin, adolescent, du viol d’une simple d’esprit par deux policiers, Ajo Kawir est impuissant. Ses tentatives pour retrouver sa virilité – le piment rouge, les piqûres de trois abeilles et la visite à une prostituée – sont malheureusement inutiles.

  • Chappy

    L’œuvre de Patricia Grace, romancière néo-zélandaise contemporaine, rayonne à travers toute l’Océanie. Depuis les années 1970, elle porte d’une voix puissante la reconnaissance de la langue et de la culture maorie comme part constitutive de l’identité de son pays.

  • Circé

    « Quand je suis née, le mot désignant ce que j’étais n’existait pas. » C’est avec cette première phrase que Madeline Miller nous invite à rejoindre Circé, déesse mineure et foncièrement inadaptée à la vie à la cour de son père Hélios, Dieu-Soleil.

  • Comme au cinéma

    De livres en livres, Fiona Kidman nous fait découvrir la Nouvelle-Zélande. Et si le pays se situe de l’autre côté du globe, si les paysages changent, les histoires familiales qu’elle raconte nous sont proches.

  • Deux personnes seules au monde

    Trois nouvelles, trois ovnis, trois styles différents, mais un fil rouge : l’abandon, de l’autre mais aussi de soi. Dans la première nouvelle, c’est l’abandon filial qui est exploré à travers l’histoire d’un père et de sa fille, très fusionnels, à la limite de la relation toxique, en voyage en Europe.

  • Dieu n’a pas que ça à faire

    Alexia et Elena, deux femmes issues de la classe aisée et bourgeoise espagnole, deux cousines à l’éducation stricte, religieuse et traditionaliste. David est un acteur raté, un artiste en manque de travail. Alexia va lui proposer une somme rondelette pour rencontrer sa cousine Eléna.

  • Dunbar et ses filles

    Henry Dunbar, octogénaire richissime, vit mal sa retraite dans un foyer où on l’assomme de médicaments. À la tête d’un immense empire médiatique, il décide de s’enfuir de l’hospice où on l’a placé. En guise de compagnons de route, un ex-comédien alcoolique et loufoque, et quelques maladresses.