• Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon

    PRIX GONCOURT Le prix Goncourt est un grand roman. Ce qui fait sa force, c’est la parfaite distance entre l’auteur et son sujet. Et en ces temps de littérature souvent un peu nombriliste, c’est plutôt rare. Jean-Paul Dubois s’efface derrière son histoire et ses personnages.

  • Une vieille histoire

    PRIX RENAUDOT POCHE Douze ans après Les Bienveillantes, Jonathan Littell revient sur le devant de la scène avec un roman à l’approche désarçonnante, un récit d’apparence répétitive, une large boucle orchestrée tout autant que déréglée avec brio, où la succession de scènes se déploient de l’intérieur, laisse s’échapper ici et là quelques balises aussitôt niées et finit par enserrer son lecteur pour mieux le questionner le long d’un redoutable voyage détaillant à sa manière radicale les fondements d’une humanité malmenée.

  • Attendre un fantôme

    Jeff est tué dans un attentat à Jérusalem. Un mois est passé depuis sa mort, pendant lequel Kate, sa compagne, était en vacances, coupée du monde. Un mois de silence que la mère de Kate brise à son retour, lui annonçant la nouvelle à sa façon, en tragédienne qui ménage son effet : elle savait mais n’a rien dit.

  • Beaumarchais

    On associe généralement Beaumarchais à sa pièce de théâtre Le Mariage de Figaro. Mais Beaumarchais, c’est bien plus que cela. Beaumarchais, c’est un inventeur de génie, un homme qui sait tirer profit de toutes les situations, un courtisan dans tous les sens du terme.

  • Bitna, sous le ciel de Séoul

    Bitna, jeune femme fraîchement arrivée d’une bourgade provinciale et reculée, s’émancipe peu à peu, prend son essor et son envol dans le pouvoir du langage et de l’imagination. Les mots deviennent dépendance, ses histoires créent une accoutumance, un espace de rêves et de désirs partagés.

  • Capitaine

    « Ainsi, Glissant dialoguait avec Cendrars, qui à la sempiternelle question, alors Blaise, tu l’as vraiment pris ce transsibérien, répondait, joueur : “Qu’est-ce que ça peut te faire puisque je vous l’ai fait prendre à tous.” » De même que Cendrars nous fait prendre le transsibérien, Adrien Bosc nous embarque avec André Breton, Lévi-Strauss, Victor Serge et Anna Seghers sur ce bateau.

  • Chroniques d’une station-service

    Ces Chroniques d’une station-service commencent avec le meuglement d’une vache dans la nuit, enfermée dans un 35 tonnes qui l’emmène certainement à l’abattoir. Un vain cri dans le silence qui plante le décor de la vie de Beauvoir, jeune homme travaillant dans une station-service.

  • Dans mon pays d’incertitude

    Nejma a 15 ans et pas question qu’on l’appelle Nej ou Nejjy. C’est Nejma. Troisième génération d’immigrés, elle se bat pour exister. Parce que le seul endroit où elle est elle-même, c’est lorsqu’elle peint. Pour ses parents, inutile de rêver en faire sa vie, elle doit trouver un vrai travail.

  • Databiographie

    Charly Delwart est un écrivain et scénariste belge qui se pose des questions partout et sur tout. Dans Databiographie, il décrit sa propre existence : celle d’un homme de 44 ans, marié et père de trois enfants. Comment ? Avec des graphiques simples et compréhensibles par tous.

  • Dernière sommation

    Vicky est blessée par une grenade lors d’une manifestation des gilets jaunes : elle perd sa main. Étienne Dardel a filmé la scène. Depuis le début de la révolte, cet ancien journaliste recense consciencieusement sur Twitter les violences policières perpétrées lors des manifestations.