Femmes, 
encore 
un effort

Goethe conclut son Faust II sur les 
mots du chœur mystique : « Et l’Éternel 
féminin/Toujours plus haut nous attire ». Cet idéal de pureté qui pousse l’homme vers la transcendance, 
idéal parfaitement romantique, semble en passe d’être remplacé par une 
nouvelle vision de la féminité : multiple, évolutive, égalitaire. Enfin.


Par VALÉRIE WOSINSKI, Pigiste ,

Connexion requise