Actualités

C’est le week-end !
Évadez-vous, lisez !

C’est le week-end ! Vacances ou pas, on fait le plein de livres, on s’évade, on prend la tangente.

Et on ouvre Et toujours les Forêts de Sandrine Collette (JC Lattès), « magnifique roman aux accents écologistes et humanistes qui nous entraîne dans un univers noir, rural, dur et hostile mais où régulièrement affleurent quelques sursauts d’humanité. Car c’est bien là aussi ce qu’évoque Sandrine Collette, se rappeler qu’il faut faire confiance à l’humain qui sommeille en chacun par-delà la bestialité dont il peut faire preuve pour survivre. »

Place ensuite à Quand on parle du diable, premier roman de Joseph Denize (Julliard) qui lui aussi « bouscule les codes dans ce roman hors normes ! Une déambulation dans le Paris de 1917 avec le spectre de la guerre qui plane sur la ville. Plongez dans le Paris des sociétés secrètes et essayez de suivre les pistes en compagnie de notre héros qui n'a que son courage pour lutter. Assurément un grand roman ! »

« C'est sous ce thème de l'obsession malsaine pour les livres que se place Dans la peau le premier roman de l'auteur allemand Gunnar Kaiser (Fayard). Il réussit le tour de force d'y mêler une grande sensualité, une séduisante érudition, un roman d'apprentissage passionnant et des notes de thriller savamment dosées. Un premier roman entre Le Parfum de Süskind, pour cette quête insatiable, et Hannibal Lecter, pour l'érudition malsaine et sulfureuse. Sombre, vibrant et passionnant. »

« Belle variation sur le passage à l'âge adulte, sur fond de danse, de désillusion et de multiculturalisme, Swing Time de Zadie Smith (Folio), grande aventure humaine rythmée, malicieuse et émouvante, montre la difficulté d'être une femme et de tenir en équilibre entre deux racines, de ne pas s'attacher « à l'éclat d'autrui » et de produire sa « propre lumière ».

Ce week-end, en littérature jeunesse, découvrez une touchante histoire de générosité et une joyeuse bande de copains !

Faites la connaissance de Lison (Le Manteau, Séverine Vidal, ill. Louis Thomas, Gallimard Jeunesse) dont « Les pensées sont occupées depuis des mois par un manteau. Le beau manteau rouge de sa grande sœur Pia. Quand, enfin, Pia remet le fameux manteau à sa petite sœur, Lison ne se contient que difficilement : ce vêtement répond à ses attentes et elle est plus que ravie ! Mais le soir du premier jour où Lison porte le manteau, elle n’est pas si heureuse que cela. Elle a mal à son cœur… »

Vous emprunterez ensuite un chemin nouveau pour rencontrer Les neuf de la rue Barbe (Dominique et Jo Hoestlandt, ill. Irène Bonacina, Bayard Jeunesse) « Imaginez une rue qui serait à elle seule comme un quartier à part, un endroit où tout le monde se connaîtrait et où tous les enfants seraient amis. Cette rue, c’est la rue Barbe, imaginée par Jo Hoestland et sa bande de neuf inséparables ! Grand gourmand, sœurs jumelles, joyeux boute-en-train, graines d’aristocrates, tous différents, mais toujours ensemble ! »

Bon week-end et bonnes lectures !