• Ceux d'ici

    Fulgurante chronique d’une Amérique touchée au cœur par le 11 septembre, Ceux d’ici vient rappeler à quel point il nous faut compter avec Jonathan Dee, écrivain acéré et d’une rare justesse, prétendant plus que sérieux au trône de Jonathan Franzen.

  • La Grande Roue

    Quatre personnages et quatre histoires qui progressent côte à côte et dont on comprend assez rapidement qu'elles sont amenées à n'en faire plus qu'une. L'auteure fait admirablement monter la pression jusqu'aux toutes dernières pages sans nous laisser le moindre indice.

  • Le Poids de la neige

    Dans ce huis-clos entre deux hommes qui attendent, isolés, la fin de l'hiver, le face à face se transforme peu à peu en côte à côte. Une vraie pépite d'humanité qui donne envie de se réchauffer dans une cabane sous la neige avec un bon roman (celui-là évidemment) ! Prix France-Québec 2017.

  • Une ville à cœur ouvert

    Dans une maison de Lviv, vivent quatre générations de femmes forgées par les soubresauts de l'Histoire, apportant son lot d'opprobres et de grâces. La petite dernière cherche son chemin dans un monde déboussolé. Une lumineuse fresque familiale, un prodigieux roman de résistance et d’émancipation porté par la conviction absolue qu’aucun d’entre nous ne peut rester à côté de son passé.

  • Fil de fer

    En 1939, la France déclare la guerre à l'Allemagne et dans certaines régions trop exposées aux bombardements, l'exode s'impose. Un convoi de gens, d'âmes et de vies défile sur les routes de France pour rejoindre des amis ou de la famille. En tout cas, tenter de se mettre à l'abri.

  • Les quatre gars

    Les quatre gars du roman de Claire Renaud forment une famille un peu atypique : un grand-père, un père et deux fils. La mère ? Elle a quitté le navire, plongeant le père dans un mutisme pesant. Mais la vie doit continuer. Et pour que les choses s’arrangent, il va falloir un peu de féminité et d’humour.

  • Le Pouvoir

    Et si enfin les femmes n'étaient plus considérées comme le sexe faible. Et si elles étaient capables de dégager une charge électrique, plus ou moins forte, du bout des doigts... Dans ce roman absolument fantastique Naomi Alderman imagine ce que pourrait être le monde si les femmes prenaient le pouvoir ! Un texte qui donne matière à réflexion.

  • Vivant

    Une course poursuite haletante dans les calanques marseillaises. Que s’est-il passé pour que Mattéo poursuive avec fureur, un couteau à la main, le charismatique Elias ? Leur séjour « révisions, sport et détente » avait pourtant bien commencé… Vivant est un roman qui se lit d’une traite, on retient sa respiration face à ces deux athlètes qui vont au bout d’eux-mêmes dans une lutte qui va au-delà de la jalousie.

  • Avant que les ombres s’effacent

    Ce roman est un bonheur de lecture. La famille du docteur Schwarzberg, tribu soudée, maternelle et fraternelle, m’évoque certains personnages des romans d’Isaac Bashevis Singer où l’on se plaît à penser aux siens, aux souvenirs attendris qu’ils nous ont laissés.

  • Les Damnés de la commune

    Tentant d’échapper à la pluie, le narrateur/auteur de cette magnifique bande dessinée se réfugie dans la bibliothèque historique de la ville de Paris. Il y découvre, par hasard, l’existence d’un certain Lavalette, homme repéré pour ses opinions révolutionnaires à l’époque de la Commune et résidant surtout dans le même immeuble que l’auteur aujourd’hui.