Actualités

C’est le week-end !
Et les auteurs sont à l’honneur (épisode 3) !
 

C’est le week-end et ça y est, c’est vraiment la rentrée ! Liste des fournitures, liste des courses et, plus réjouissant, déjà les premières listes pour les grands prix de l’automne ! Les romans de la rentrée sont chez votre libraire et dans nos pages.

Pour commencer, voici deux auteures de la rentrée – en lice pour le prix Goncourt - que nous vous proposons de découvrir en vidéo.
Kaouther Adimi tout d’abord et son nouveau roman, Nos richesses (Seuil), « un coup de poing littéraire et salutaire ».
« Vous parler d’un lieu et d’un homme, de cette minuscule librairie de la rue Charras que va créer Edmond Charlot, vous parler de la traversée d’un siècle et de ses fureurs, vous parler d’un homme qui jamais ne dévia : la littérature, les écrivains, la transmission. Suivez les mots de Kaouther Adimi. »
L’Algérie aussi, avec Brigitte Giraud et Un loup pour l’homme (Flammarion). « 1960. Dans un hôpital militaire, Antoine, jeune appelé infirmier, soigne nombre de blessés, dont Oscar, amputé et mutique. À mesure qu'il découvre sa vocation, Antoine prend conscience de la férocité du conflit. Brigitte Giraud raconte cette guerre à hauteur d'homme. Avec acuité et poésie. »

Photos © Eugénie Martinez

En lice aussi pour le Goncourt, Marie-Hélène Lafon revient avec Nos vies (Buchet Chastel), « observation minutieuse et attentive d’une femme (…) Gordana est singulière, elle parle aussi de nous, de nos vies étriquées et rêvées, malmenées et adoucies. Elle dit nos solitudes, amples et vertigineuses. »

Des femmes encore, avec une BD, Gold Star Mothers de Catherine Grive et Fred Bernard (Delcourt), récit du séjour en France, dix ans après la fin de la Première Guerre mondiale, d’Américaines, mères et épouses de soldats inhumés en France. « Mesdames, vous avez instillé à ces jeunes gens les fondements de la loyauté et du courage. Vous méritiez de leur dire au revoir de la façon la plus digne qui soit. »
On continue notre tour d’horizon de la rentrée littéraire ados, et, ce week-end, les filles sont à l’honneur ! Deux héroïnes et deux auteures pour deux romans drôles, parfois touchants, et surtout parfaitement justes.
On commence avec Susin Nielsen, qui signe avec Les optimistes meurent en premier (Hélium) une histoire qui saura toucher ses lecteurs. « Pétula a 16 ans et c’est la culpabilité qui dirige sa vie depuis le drame qui a touché sa famille trois ans plus tôt, un drame dont elle pense être l’unique responsable. Persuadée que le pire la guette à tout instant, elle ne laisse rien au hasard. » À moins qu’une rencontre ne lui fasse baisser les armes…

L’héroïne de La Fourmi rouge (Sarbacane), quant à elle, n’a déjà pas un nom facile à porter… Vania Strudel, « fille spirituelle de Pierre Richard », risque de vous faire rire et de vous toucher tout à la fois ! Émilie Chazerand croque le portrait d’une jeune fille de 15 ans qui trimballe quelques casseroles, mais qui saura tirer parti de son humour à toute épreuve et faire de ses gaffes un atout. Parfait pour aborder la rentrée au lycée du bon pied !

Bon week-end, bonne rentrée et bonnes lectures !